A quel moment ?

 A noter
Avant d’entamer vos recherches sur les études à l’étranger, bien définir votre projet. Autre point important, la reconnaissance de cette période d’études et sa valorisation au retour. Les questions à se poser :
– Qu’attendez-vous de cette expérience ?
– A quel niveau envisagez-vous votre départ ?
– Souhaitez-vous préparer un diplôme étranger, valider une période d’études ?
– Quelles destinations privilégier, dans quels établissements ?
– Quel est votre projet au retour : continuer vos études, travailler ?

Avant le bac

  • Il est préférable de partir dans le cadre d’échanges scolaires organisés par les établissements ou d’intégrer un programme.
 A noter
Certains collèges et lycées offrent la possibilité de suivre un enseignement plus poussé en langues étrangères : sections linguistiques dans le guide régional de l’Onisep, Après la 3ème.
Les programmes Brigitte Sauzay et Voltaire de l’OFAJ : ils permettent de partir quelques mois en Allemagne pendant le collège ou le lycée.
  • Les organismes de séjours linguistiques proposent des formules « trimestre, semestre, année scolaire à l’étranger » : vous êtes accueillis dans une famille et vous suivez la scolarité classique du pays sans enseignement spécifique en langues. Prestations payantes, consultez la rubrique sur les séjours linguistiques.
  • Parlez de votre projet à votre établissement pour avoir son accord si vous partez sur une courte période. Attention : comme il n’existe pas d’équivalence au niveau collège ou lycée, votre période à l’étranger ne sera pas forcément prise en compte au retour. Si vous partez 1 an, vous devrez en général reprendre votre scolarité là où vous l’avez interrompue.
 A noter
Le bac international (IB) n’est pas reconnu en France. Il est donc recommandé de s’inscrire dans un lycée français à l’étranger afin d’obtenir le bac français, de passer un bac européen ou encore un bac binational reconnu à la fois en France et à l’étranger (AbiBac franco-allemand, BachiBac franco-espagnol et EsaBac franco-italien).
  • Pour suivre une scolarité à la française dans le réseau des lycées français à l’étranger  : consultez le site de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) (liste des établissementshomologués par le Ministère de l’Education Nationale, explication de leur fonctionnement, frais de scolarité…).

Après le Bac

Dans l’Union européenne, le bac est généralement reconnu, bien que chaque pays ou université impose ses conditions d’admission. Hors Europe, l’accès aux universités se fait le plus souvent en passant des examens.

Deux possibilités :

  • valider un cursus complet dans un établissement étranger ;
  • effectuer une partie de vos études à l’étranger et revenir en France achever votre parcours.
 A noter
Attention, les droits d’inscription peuvent être élevés !
Il n’y a pas de reconnaissance d’office des diplômes obtenus à l’étranger.
Si vous partez dans le cadre d’un programme, les démarches seront plus faciles.

Le bac en poche

  • Validez au moins le 1er diplôme de 1er cycle dans le pays d’accueil.
  • Ou envisagez cette expérience comme une « année sabbatique », pour vous perfectionner en langues, découvrir un pays… et réfléchir à votre future orientation. Vous intégrerez une 1ère année au retour.
 A noter
Vous devrez effectuer les démarches vous-même, à moins de partir avec un organisme de séjours linguistiques (payant).
Les aides financières sont exceptionnelles (établissements ou gouvernements étrangers, sélectives, certains Conseils départementaux, bourses sur critères sociaux du Crous, sous certaines conditions) : rubrique Aides financières.

Après un bac + 1 ou 2

  • Mieux vaut partir dans le cadre d’un programme pour maintenir la progression de vos études.
  • Erasmus+, par exemple, permet de partir lorsqu’on a validé au minimum une 1ère année d’études universitaires.
 A noter
Le bac +2 (BTS, DUT) est souvent sans équivalence à l’étranger. Vous serez probablement admis en première année de formation.

Après un bac + 3

C’est la meilleure période pour partir étudier à l’étranger car c’est à ce niveau qu’il existe le plus de correspondances entre les formations françaises et étrangères.

  • Au niveau européen, le système de la Licence, Master et Doctorat (LMD)  harmonise la reconnaissance des diplômes et facilite la mobilité des étudiants.
  • Pour les pays hors Europe, les modalités d’inscriptions varient selon les organismes de formation, mais les correspondances sont nombreuses.
  • Les échanges bilatéraux entre universités permettent de partir dans le monde entier tout en facilitant les démarches.